5N2A4434

Hair le concert – l’expérience au Lycée Claude Nicolas Ledoux de Vincennes

Vous vous souvenez ? Depuis le début de l’année scolaire, les classes de seconde 4 et 1ère Bac Pro Géomètre-Topographe participent au projet La musique en commun, instaurée par l’association Zebrock  qui est une action culturelle éducative axée sur les musiques populaires et menée dans les lycées avec le soutien de la région Ile-de-France. Après avoir effectué de nombreuses activités en lien avec la comédie musicale Hair, le mardi 05 avril, tous les participants ont été invités à la Maison de la Radio et ont assisté à un concert exceptionnel qui restera un moment fort pour tous.

ZEBROCK AU LYCEE

Nous en avons longuement parlé cette année de ce projet Zebrock et de son impact sur la vie de deux classes de notre établissement, unies pour le meilleur et pour la musique. Mais, il paraît nécessaire de vous en dire encore quelques mots, tant la suite de l’aventure est belle.

Après la projection du film de Milos Forman en décembre, tout l’hiver, les activités se sont succédé : en effet, entre les recherches documentaires, les affiches et les pochettes de 45 tours réalisées, les chansons apprises et répétées, les costumes dénichés, la conférence du 4 février écoutée, les élèves ont vraiment été parachutés quelque 50 ans en arrière, au bon vieux temps des Hippies, et sensibilisés à des valeurs fondamentales et ô combien actuelles, telles que la liberté, la fraternité, la tolérance et la paix. Jusque-là, tout s’était déroulé au sein de l’établissement, en classe, mais, ce mardi 05 avril, encadrés par quatre professeurs enchantés d’être de l’aventure, il s’agissait de ne pas rater le rendez-vous à la Maison de la Radio, véritable cerise sur le gâteau, sortie-récompense finalisant le projet.

LE CONCERT

14h30 : Départ du lycée.

Long trajet en métro, il règne un petit air de fête, tout le monde est décontracté, heureux de passer un après-midi différent à Paris.

16h : Arrivée à la Maison de la Radio, sous le soleil. Un peu d’attente, les mesures d’usage, fouille des sacs, dépôt des vêtements et sacs au vestiaire, longue marche dans les couloirs.

16h15 : Arrivée au mythique Studio 105 qui se remplit peu à peu. Il faut dire que plusieurs classes venant d’autres lycées d’Ile-de-France sont présentes. En tout, environ 500 élèves-Zebrock prennent place dans les larges et confortables fauteuils. La scène est prête, sont posés des micros, des guitares électriques, des synthétiseurs et deux saxophones.

16h30 : L’animatrice Elodie Suigo et Edgard Garcia, Directeur de Zebrock, présentent le projet et le concert, qui est enregistré et qui sera retransmis début juillet sur France Bleu 107.1.

Les 6 musiciens regagnent leur place. Quelques notes, puis les 4 chanteurs entrent à leur tour.

The show can go on !

Pendant 1h30, sont interprétées avec tempo, rythme et swing, (les 3 termes sont bien faibles !) presque toutes les chansons de la Comédie Musicale.

Des voix magnifiques, puissantes ! De la générosité et du cœur !

Quel moment !

Pas envie que ça s’arrête !

18h : Après les saluts et les applaudissements, les artistes, professionnels et amateurs, se sont assis sur les marches de la scène, prêts à répondre aux questions ; et, autour d’Elodie Suigo, ont pris place Edgard Garcia, Nicolas Bigards, le metteur en scène, et Béatrice, chanteuse du groupe Demi-Mondaine, particulièrement investie dans ce projet.

Alors, a eu lieu un échange tout simple, passionnant et très interactif, puisque les élèves et même les professeurs ont pris la parole, donnant leur ressenti, posant des questions, commentant leur participation et les valeurs véhiculées par Hair, l’intérêt de cette musique en commun, ses conséquences sur la vie dans la classe…

Près de 19 h : Nul n’est pressé de rentrer chez soi et c’est le moment des photos pour fixer ces précieux instants.

Oui, un bel après-midi venu clore de façon festive cette année passée avec la jeunesse des années 70, avec une époque où l’épée de Damoclès vient de la guerre menée au Vietnam, où la société de consommation connaît déjà ses détracteurs, où chaque adolescent souhaite s’affranchir du mode de vie de ses aînés et où l’on rêve d’une autre vie.

Une année scolaire 2015-2016, où les préoccupations de chacun ne sont pas si différentes, mais où les combats ont peut-être d’autres enjeux.

En tout cas, la réflexion est lancée…et cela grâce à ce beau projet éducatif et musical.

 

 

« Hair, c’est l’histoire d’une tribu, une tribu de femmes et d’hommes libres de chanter,
de penser, de chanter la Liberté, la Fraternité, la Tolérance. »

 

 

agit8

Protest songs !

Dans le cadre du projet « Zebrock / Hair », les élèves de 2nde media du lycée Blaise Pascal ont étudié en cours d’anglais le contexte historique et culturel des années 60 aux Etats-Unis, afin d’être en mesure d’appréhender l’engagement et le message des chansons protestataires de l’époque. Cette séquence a été clôturée par la tâche finale présentée ici et réalisée par groupes de 2 élèves, à savoir la réalisation d’une chronique radio sur la chanson contestataire de leur choix, sans limite chronologique. Des grands classiques comme « Strange fruit » ou « Born in the USA » font partie de cette shortlist, mais aussi deux chansons de Beyonce dont les élèves considèrent les chansons aux thèmes parfois engagés comme flirtant avec la chanson contestataire dans une revendication plus sociale que politique. Il est de ce fait intéressant de voir l’évolution de la notion de « protest song » dans l’esprit des adolescents.

PHOf809a982-7ecc-11e4-8563-01cb38f0ddc3-805x453

Vouloir, c’est Pouvoir et Espérer…c’est Chanter !

Environnement,  violence conjugale, terrorisme…   Pour quels combats la jeunesse d’aujourd’hui veut-elle s’engager ? Pour quelles valeurs veut-elle que le soleil brille ?

Réponse en chanson des élèves de 2e7 avec cette adaptation de The flesh failure (Laissons entrer le soleil).

Texte (voir les paroles sous le lien) : Mathilde, Justine, Maëlys, Candice, Estelle, Eva, Julie, Swann, Staicie, Nolwenn, Mariam    (encadré par Mme HEUSELE et Mme SIRET en « lit. et société »)

VoixChant Lead : Eva  (Chœurs : Nolwenn, Mariam, Salma, Mathilde, Anthony, Staicie, Julie + voix parlées : Anthony, Lyes, Julien, Fanny, Mathilde, Erwann)

 Arrangements musicaux, enregistrement en studio sous la direction de M. MOUGIN (professeur d’EPS)

Laissez briller le soleil

Toujours

Avoir espoir de trouver l’amour

Un billet aller mais sans retour

Trouver un moyen de voler, s’échapper, s’évader

Chers hommes

Marchons ensemble

Main dans la main

Vous savez que sans nous vous n’êtes rien.

Assez de ces brimades au travail,

Du mépris dans la rue,

Les gifles et les coups pleuvent à la maison

Et font pleurer nos sœurs 

Prisonnières de leur bourreau sans cœur

Laissez, laissez  briller le soleil, laissez, laissez

Chercher,

Dans un endroit le bonheur caché

Des états en conflit sans pitié

Abattant les enfants de nos patries, Nos femmes, nos frères

Et la scène du Bataclan.

Séchons nos larmes maintenant

Je suis Paris

Bonheur, famille, planète, fraternité, nature, amour, sexualité, amitié, égalité

Et tu crois en toi

Et tu crois en nous

Et on croit en vous

On met

Du pétrole sur tes oiseaux

Des boîtes de soda au fond de l’eau

On met 

De la grisaille dans ton ciel

Mais où sont les arcs-en-ciel ?

Respirer c’est terminé

Dans pas mal de nos cités

Nos chers enfants, veuillez nous pardonner.

Laissez, laissez, briller le soleil, laissez, laissez

 

 

 

 

 

 

Amour et liberté

Sur les routes du Sri Lanka…

Voici un musicien d’origine indienne qui s’appelle A.S.Dileep Kumar.

Il est plus connu sous le nom A.R.Rahuman. Il est né le 6 janvier 1966 à Chennai dans une famille de musiciens et est devenu l’un des plus célèbres compositeurs indiens de musiques de films. Son style musical est plus souvent la tragédie .

L’album « Kannathil muththamidal » a été composé par A.R.Rahuman en 2002. Cet album parle de liberté.

J’ai choisi de vous présenter la chanson « Vidai Kodu Engal Nadee » qui pourrait se traduire par « Liberté pour notre peuple ». Elle a été écrite en 2002 par Maniradhnam.

J’ai choisi cette chanson parce qu’elle parle de la guerre et la situation difficile de mon pays : le Srilanka.

Chanson française

La chanson « Regarde-nous » extraite de l’album « Rester vivant » est une chanson de Johnny Hallyday. Elle a été écrite en 2014. Cette chanson parle de la complexité des histoires d’amour. Je l’ai choisie parce que c’est une musique douce et tragique. Lorsque j’ai écouté cette musique pour la première je ne connaissais pas l’artiste qui l’interprétait, je me suis ensuite rendue compte qu’il s’agissait d’une icône de la musique française et qu’il est très célèbre.

Bonne écoute.

Vinthuja SIVAKUMARAN

élève en classe d’UPE2A

Lycée Romain Rolland – Goussainville

ROMA-BANGKOK

Bonjour à tous !

Aujourd’hui en route pour l’Italie avec une artiste qui s’appelle BABY K (de son vrai nom Claudia NAHUM) elle est chanteuse, compositeur, rappeuse et modèle en Italie.

Née à Singapour, elle a grandi à Londres et vit maintenant à Rome. Elle a fréquenté l’ école Harrow des jeunes musiciens, où elle a été en mesure de prendre part à une tournée musicale en Europe.

En 2000 , elle retourne en Italie après une absence de dix ans, en travaillant sur ​​des programmes de radio hip-hop.

Voici la chanson que j’ai choisi  » ROMA-BANGKOK  » interprétée  par Baby K, avec la voix de la chanteuse italienne Giusy FERRERI. Elle est extraite de son deuxième album studio Kiss Kiss Bang Bang sorti en 2015.

« Les paroles racontent la carte géographique de ma vie : Londres, Rome, l’Extrême Orient sont en fait les endroits où je vivais que je porte encore en moi et que je fais revivre à travers ma musique » (Baby K)

J’ai choisi cette chanson car je trouve le rythme entrainant…

Je vous souhaite une bonne écoute et j’espère que vous aimerez aussi !

Sidra NASEER

Classe UPE2A

Lycée Romain Rolland – Goussainville

 

 

 

hands-1167618_1920

Sondage : Comment se divertissent les adolescents aujourd’hui ?

Dans le cadre du projet Hair, pour Zebrock, nous avons effectué un sondage auprès des jeunes de 14 à 17 ans au lycée Blaise Pascal à Brie Comte Robert sur leurs habitudes culturelles et leurs sources de divertissement. Sur les 60 questionnaires ayant été récupérés, nous en avons conservé 45 qui étaient réellement exploitables.

Voici un résumé de l’étude statistique que nous avons faite à l’aide des réponses des participants au sondage.

 

Combien de temps les 14 – 17 ans consacrent-ils à regarder des séries chaque semaine ?

La moitié des sondés dit regarder des séries pendant au moins 2 heures par semaine. Alors que 25 % des participants ont répondu qu’ils regardent entre 2 et 3 heures de séries hebdomadairement, certaines personnes disent y consacrer jusqu’à 15 heures par semaine. La moyenne hebdomadaire de 3 heures et 15 minutes de séries correspond à environ 5 épisodes.

On constate par ailleurs que les séries visionnées le sont en grande partie en streaming.

 

Puis, nous les avons interrogés sur le temps qu’ils passent devant la télévision chaque jour. Ces jeunes disent regarder la télévision au minimum 30 minutes, et pour certains jusqu’à 6 heures par jour. La moitié d’entre eux affirme regarder le petit écran pendant au moins deux heures par jour, et un quart d’entre eux pendant 2 à 3 heures, soit en moyenne 2 heures et 20 minutes.

La télévision conserve donc une place importante dans les sources de divertissement des jeunes.

 

En ce qui concerne la lecture, nous leur avons demandé s’ils lisaient des livres, romans, BD ou autres, et pendant combien de temps par jour. Les trois-quarts des jeunes interrogés, disent ne pas consacrer de temps à la lecture. Et donc, seulement un quart d’entre eux disent lire pendant plus de 45 minutes par jour.

 

Ensuite, nous les avons questionnés pour savoir pendant combien de temps ils surfent sur internet par jour, à l’aide de quel appareil et dans quel but. Ils répondent passer en moyenne 3 heures et 30 minutes sur internet quotidiennement, dont 2 heures et 30 minutes à partir de leur smartphone. L’usage d’internet est surtout consacré aux réseaux sociaux, auxquels 2 heures sont dédiées en moyenne chaque jour.

La moitié des sondés surfe plus de deux heures par jour, et principalement à partir de smartphones.

 

Ecouter de la musique est-il une pratique toujours aussi appréciée des jeunes ? La moitié du panel dit écouter au moins 2h de musique par jour et un quart dit en écouter au moins 3 heures, soit en moyenne 2 heures et 45 minutes de musique écoutée quotidiennement par ce public. Sans compter que certains jeunes écoutent jusqu’à 7 heures de musique par jour.

 

Parmi les autres sources de divertissement, les 14-17 ans consacrent en moyenne 3 heures par semaine à la pratique sportive, et seulement 1 heure 30 en moyenne aux jeux-vidéo.

 

BILAN : Ce sondage, qui devrait être effectué sur une population plus grande afin de mieux représenter la population des 14-17 ans, nous à cependant donné des informations intéressantes sur leurs moyens de divertissement.

Les adolescents de cette tranche d’âge lisent peu et jouent peu aux jeux-vidéo, mais ils consacrent la majorité de leur temps libre à regarder des séries et à surfer sur les réseaux sociaux. L’utilisation des smartphones est très importante. On peut supposer que de nombreux adolescents ont pris l’habitude de travailler en musique ou en pratiquant une autre activité en même temps : surfer sur internet ou regarder la télévision.

Bassta et Emily

 

Lycée Blaise Pascal, Brie-Comte-Robert

 

Image sous licence Creative Commons CC0 – Source : https://pixabay.com/fr/les-mains-smartphone-m%C3%A9dias-sociaux-1167618/

Une vie consacrée à la musique.

La classe médias du lycée Blaise Pascal a interviewé Edgard Garcia, chef du projet Zebrock, la musique en commun, le jeudi 21 janvier à l’auditorium de Brie-Comte-Robert, en Seine-et-Marne.
Est-ce vous qui avez créé Zebrock ?
C’est moi qui l’ai initié mais ce projet a été rendu possible grâce à la volonté politique du Conseil général de Seine-Saint-Denis qui a considéré qu’il était opportun de mettre des moyens publics dans un projet qui se destinait à populariser l’écoute de la musique auprès du jeune public et à travailler en direction des jeunes musiciens.

Quel est votre parcours professionnel ?
J’ai 59 ans. J’ai été à l’université de Villetaneuse en Seine-Saint-Denis. J’ai eu la chance de faire de la radio. J’ai eu beaucoup d’opportunités au moment où sont apparues les radios locales privées. J’ai travaillé dans une radio locale privée jusqu’à la fin des années 80. Après, je me suis assidument intéressé au projet Zebrock, la musique en commun. J’ai eu un parcours professionnel très modeste et je n’ai changé que deux fois de métier.

Avez-vous des projets professionnels en cours ou à venir ?
Je vais organiser une masterclass que je vais appeler « Do you Kulélé ? », où je vais apprendre à des artistes à jouer du Yukulélé. Je suis aussi sur un projet qui s’appelle « Les lendemains qui chantent », pour fêter les 80 ans du Front populaire. En 1936, le Front populaire a inventé quelque chose qui aujourd’hui me permet d’exister, le temps libre.
Ewen et Erwan

Lycée Blaise Pascal, Brie-Comte-Robert