Bawdy Festival, un groupe ClownCore

indexBawdy Festival était un groupe de hardcore de Pontault-Combault (77) dont la spécificité est que les membres du groupe ainsi que le public sont déguisés en clown. Leur look faisait de leur spectacle un enchantement mêlé à la violence des concerts hardcore. Le mélange de chant rap avec une musique metal, du hard-rap. Le tout dirigé par une armée de clowns maléfiques, les Clowns Soldiers.

Musique simple et efficace. Ambiance de cirque appuyée par des samples extraits de films d’horreur ou de bruitage de fête foraine.

Après un premier maxi remarqué, le groupe sort son premier album live « Tri Nox Samoni – Into The Weird Side ».

Le groupe se sépare en 2010 en raison de divergences personnelles entre le chanteur Teddy DKC et les autres membres du groupe : Bungy Bingo Fucka, guitare – Stupid Clown, basse – N-DMC, claviers – Joko, batterie. Ces derniers vont se retrouver pour fonder un nouveau groupe « Dirty Bastarz, groupe de fusion, néo-métal. Teddy quand à lui collabore avec le chanteur australien Kid Crusher.

J’ai choisi de présenter « Back in da wood », chanson qui n’appartient à aucun de leurs albums. D’après Le petit Chaperon rouge des Frères Grimm. La chanteur growl la plupart du temps. Le rythme est rapide sur un riff simple.

J’aime bien ce groupe qui malheureusement s’est dissout. Leurs chanson, du rentre-dedans.

 

Une-histoire-du-rock-pour-les-ados

Et viva « Une histoire du rock pour les Ados »

On a lu, on a adoré, on a appris.

Après la visite au lycée d’Edgard Garcia venu nous présenter le projet et surtout parler Musique avec nous. Parce que la « ZIC », nous on aime ça, on adore. On a voulu prolonger l’échange, on s’est précipité sur le livre. Faut dire que la prof avait l’air d’y tenir. Alors on lui a fait plaisir.

C’était chouette ! On a appris plein de choses. On a fait le lien avec l’Histoire. On a compris que la musique, elle s’inscrit dans l’Histoire. On a fait des découvertes ! On a eu des coups de coeur ! On a voyagé !

Y a des photos et y a une play-liste à la fin de chaque chapitre. On a fait de l’histoire sans s’en rendre compte.

Si vous voulez apprendre des choses et épater sur la plage cet été. Avec le maillot et la crème, n’oubliez pas « Une histoire du rock pour les ados »

 

 

 

 

 

 

Mon acrostiche musical 2 ACR

2main                                                    2 violons

Au petit matin                                        Accordés avec une

Chantera le                                            Contrebasse, jouent en

Rossignol.                                              Rythme avec la musique.

Joy                                                         Mathys

 

 

Let Go, Avril Lavigne

Avril Lavigne a sorti son album « Let Go » en 2002. C’est son premier. Il contient 13 titres. C’est un album pop-rock.

C’est celui qui a connu le plus de succès parmi ses 5 albums. Elle avait 18 ans quand il est sorti. Pour son âge, ses textes ne sont pas mal du tout, à l’exception de certaines. Elle parle des problèmes d’ado, de ce que traverse les jeunes de 17 ans, de ce qu’elle a traversé elle-même.

Le titre 4 « I’m with you ». Il parle d’amour. Elle y exprime sa solitude. Elle se sent seule ! L’amour rend fou ! Elle attend quelqu’un ! Ce n’est pas mon préféré au niveau parole, mais j’aime beaucoup la mélodie.

Si j’ai choisi cet album, c’est parce que je l’écoutais beaucoup quand j’étais jeune. Quand j’étais triste, certaines musiques me boostaient, d’autres me rendaient encore plus triste. J’ai grandi avec cet album. Il demeure et demeurera sûrement mon album préféré au monde.

JOY, 2 ACR

 

Outernational !

Nous avons eu la chance d’assister à un concert privé du groupe américain Outernational dans un studio de Radio France le lundi 9 mars 2015 ; voici notre ressenti…

Tout d’abord, il est important de préciser qu’il s’agissait d’un premier « concert » pour une partie d’entre nous. Mais la surprise a été générale : nous avions écouté certains morceaux du groupe en classe, qui n’avaient pas fait l’unanimité. Après les 45 minutes de concert, les réactions étaient très positives, et chacun, amateur de musique ou non, y a trouvé son compte.

Nous avons aimé l’énergie du groupe et son engagement. Certaines influences musicales ont été reconnues, comme celles des Clash ou de Rage Against the Machine. Nous avons été agréablement surpris de savoir que le groupe n’écoutait pas que du rock. Miles Solay, le chanteur, a fait plusieurs fois référence à Tupac, un rappeur américain sur lequel certains d’entre nous travaillent. Il a également cité Bob Dylan, lui-même musicien engagé. Etonnamment, le chanteur a aussi parlé d’artistes français comme MC Solar et Edith Piaf. Julien trouve également beaucoup de similitudes avec le style du groupe System of a Down. Allez écouter ! Un peu déçus de ne pas avoir entendu la chanson Todos somos illegales, on a reconnu Fighting Song. Quel plaisir de sortir les paroles (qu’on avait traduites en classe) et de pouvoir chanter avec eux !

C’est surement cette diversité d’influences qui signe leur « revolutionnary rock » ! Révolutionnaire dans le style, mais aussi dans ses idées, le groupe défend des causes sur scène. Il dénonce explicitement le drame de Ferguson, le sort réservé aux immigrés clandestins, et appelle à la désobéissance.

Nous remercions le groupe Outernational d’être venu à Paris et de nous avoir offert un moment unique en nous faisant découvrir sa musique, différente de ce que nous avons l’habitude d’écouter. Nous remercions Zebrock de nous avoir proposé ce concert, et Radio France (Radio Bleue) de l’avoir organisé. Et tout particulièrement notre professeur de français, Mme P. et notre documentaliste, Mme R.

Cédric, Julien, Léa, seconde 1.

OUTERNATIONAL in NYC Jan 2015 by NATHALIE LE PENNEC (1)

Rencontre avec le groupe Outernational

Rencontre inespérée et inoubliable du groupe new-yorkais Outernational, le 12 mars au sein de notre établissement.

Quelques accords de musique dans le hall au moment de la pause à 15h et puis 45 minutes de concert dans le CDI et c’est le moment de l’interview !

Comment votre groupe s’est-il formé?

Nous sommes tous les quatre des militants révolutionnaires. Ce sont lors de manifestations que nous nous sommes connus. Nous défendons les Droits de l’Homme, et dénonçons en particulier l’exploitation et la persécution des immigrés clandestins. Aux États-Unis, on peut être poursuivi pour avoir maltraité un chien mais personne ne s’indigne de la violence envers les immigrés, les clandestins.Récemment, nous avons donné un concert à Calais pour les migrants.

Pouvez-vous nous expliquer le choix du nom Outernational pour votre groupe?

Il signifie casser les frontières. Les frontières servent juste à séparer les hommes. Sans elles, nous vivrions dans un monde plus juste. De plus, dans notre musique, nous sommes un groupe de rock mais nous mêlons différents genres musicaux comme le reggae, la world music, la musique latino. C’est une manière encore pour nous de casser la compartimentation des styles musicaux. nous chantons en anglais et aussi en espagnol.

Quels sont les artistes qui vous ont influencés?

C’est surtout The Clash, The Stooges, Red hot chili peppers mais aussi Iggy Pop, Manu Chao

Vous avez donné un concert à la fête de l’Humanité en septembre 2013, est-ce un choix de votre part ?

Non, nous avons répondu à l’invitation de Zebrock.

Avant de venir en France, quelle idée vous faisiez- vous de notre pays?

Celle qui est donnée dans le film La Haine de Mathieu Kassovitz sorti en 1995.

Pourquoi avez-vous choisi d’être un groupe indépendant?

Être artistes indépendants donne une grande liberté mais nous sommes en ce moment à la recherche d’un label. C’est comme cela que nous toucherons le plus grand nombre de personnes. Et c’est cela que nous voulons. Nous sommes convaincus que la musique peut faire changer les choses, contribuer à ce que le monde soit plus juste.

 

 

 

 

 

 

guizmo

Guizmo : Chronique de l’album « Dans ma ruche »

2 ans d’attente pour cet album. Le résultat est génial : Dans ma ruche reprend tout simplement le meilleur de ses œuvres précédentes. L’intelligence de ses textes, son côté moralisateur et ses instrus font de son album une réelle réussite. Il ne suit en aucun cas le chemin d’autres rappeurs aux textes beaucoup plus commerciaux, percutant, touchant et intelligent; ses trois adjectifs définissent au mieux le dernier album du rappeur. Présent dans ses textes, le décloisonnement musical, ses réflexions sur la vie et sur son futur. Il s’inspire même de « Place des Grands Hommes » de Patrick Bruel pour son titre sur les addictions : « Dans 10 ans ». C’est d’ailleurs ce titre qui m’a le plus interpellé, touchant et plein de vérité, son texte témoigne des déboires de sa vie, de son futur, incertain à cause de la drogue. Il narre en fait ici ses regrets sur sa jeunesse, ses actes irresponsables et qui ont tellement de conséquences maintenant. Il retrace sa vie et imagine son avenir. « Maman culpabilise pas t’as bien choyé ton gamin ». Guizmo arrive à faire passer dans ses paroles tous ses sentiments et tout son talent. Entre la poésie et le rap moderne, le phénomène se range seul, à part des autres rappeurs français. L’instrumental utilisé est celle de la bande son du manga Naruto, en fait le Remix de MOK, westberling camouflage. La solitude, les regrets, la naïveté de la jeunesse, et surtout une sincérité frappante, tels sont les piliers de ce titre si touchant.

Kamel A., 1ère L, Lycée Pierre de Coubertin

LastShadowPuppetsStanding2

The last shadow puppets : « Standing next to me »

«Standing Next To Me » est le deuxième single tiré de l’album The Age Of The Understatement , sorti en 2008 , du duo The Last Shadow Puppets , composé du chanteur , compositeur et musicien Miles Kane âgé de 28 ans et de son meilleur ami Alex Turner âgé de 29 ans, chanteur, musicien et compositeur du groupe de rock Anglais : Arctic Monkeys.

Écrit et composé par le duo «Standing Next To Me» qui se place dès sa sortie à la 30e place du Top 40 UK, à la 13e position du Top 100 en Espagne et à la 34e place du Top 100 en France, est un vrai succès.

Pour cette chanson au style Indie rock, baroque pop c’est Miles Kane qui fait la voix principale et Alex Turner fait la deuxième voix en fond.

Le chanteur semble s’adresser à un homme qui essaye de lui voler sa copine depuis longtemps et sans perdre espoir ;« Want her, have her, Two years have gone now but I can’t relate to the never ending games that you play », et le chanteur nargue cet homme « And your love is standing next to me » et lui fait comprendre que sa copine n’est pas prête de le larguer.

Composée uniquement d’un refrain répété 3 fois et de d’une phrase entre chaque refrain répété 3 fois en tout, «Standing Next To Me » est une chanson répétitive mais très entraînante et rythmée par des guitares acoustiques parfaitement dosées et accompagnées des voix des deux chanteurs qui se confondent pour n’en faire harmonieusement qu’une.

Pour ma part le choix de cette chanson en tant que single pour cet album baroque pop homogène et mélodieux, est une réussite , chanson entraînante et qui nous ramène à la pop british des année 60 , «Standing Next To Me » est une perle qui vous reste dans la tête comme un classique.

Téfara R., 1ère L, lycée Pierre de Coubertin

soprano

Chronique de l’album « Cosmopotilanie » : Soprano

Après s’être illustré à ses débuts dans le groupe de rap marseillais Psy 4 de la rime composé de : Alonzo, Vincenzo et Sya Styles, Soprano a sorti l’album « Le Corbeau » en 2011 qui fut double disque de platine, Soprano (de son vrai nom Said M’Roumbaba) nous livre ici son 4eme album solo « Comospotilanie » composé de 15 morceaux (dont un bonus). Comme son nom l’indique son nouvel album inclut de nombreuses sonorités et influences diverses du rock n’Roll en passant par le Gospel ou encore la Pop, Soprano nous démontre encore une fois qu’il peut être polyvalent dans différents styles et conserver son public tout en en attirant un nouveau. A travers l’album on retrouve les thèmes familiers à Soprano, privilégiant délivrer des messages de paix de partage et d’égalité plutôt que de céder à la « sphère » commerciale même si l’on retrouve quelques titres dansants notamment « Fresh Prince » qui rend hommage à la série « Le Prince de Belle Air ».

« Comospotilanie » s’inscrit d’ores et déjà comme un classique possédant à la fois des titres commerciales dit « egotrip » et des titres plus calmes et philosophiques traitant de la mélancolie de l’artiste ou encore dressant une critique sur la société d’aujourd’hui (des thématiques qui lui sont chères). Ce style unique et authentique font le succès de Soprano et cela apporte une réel fraîcheur sur la scène du rap français.

Brian D, 1ère L,  lycée Pierre de Coubertin

"Ride" lana del rey

« Ride » Lana Del Rey

« Ride » est une chanson de la chanteuse et interprète américaine Lana Del Rey (de son vraie nom Elizabeth Woolridge Grant), tirée de son album

Blockquote text goes hereName of the source

Edition sorti en 2012. La chanson est sortie le 25 septembre 2012.

« Ride » est une balade, écrite par l’artiste elle même et de l’auteur-compositeur Justin Parker, qui est composé de piano et d’instruments à corde (violon, guitare et harpe). La plupart de ses chansons se compose aussi de ces instruments, c’est agréable à entendre et cela donne aux chansons plus d’émotion.

Dans cette chanson Lana parle de fuir dans l’inconnu sans penser aux conséquences et au futur. Dans son clip qui dure 10min10sec, elle fait un monologue au début et à la fin, elle évoque son dur passé, son envie de réussir dans la musique, d’être libre, de vivre de nouvelles expériences, de profiter de la vie. Elle nous apprend qu’elle a découvert ce mode de vie grâce à un homme qui avait une obsession pour la liberté.

« Live Fast. Die Young. Be Wild, And Have Fun » (Vivre à toute vitesse. Mourir jeune. Être fou. Et s’amuser).Ces paroles signifient qu’elle ne veut plus être prisonnière de son passé et aller de l’avant sans se soucier de rien. Juste de conduire encore et encore. « When I’m at war with myself, I ride. I just ride » (Quand je suis en guerre avec moi-même, je roule, je continue de rouler).

Ces monologues sont accompagnés de l’instrumental de la chanson, et de la douce voix de Lana.

Les couplets sont plutôt lents et doux, en revanche le refrain est plus rythmé et les instruments sont plus forts.

Le dernier couplet est le plus court mais est tout de même mon préféré, dans celui ci, la chanteuse monte dans les aigus et tient la dernière note, et nous emporte avec elle !

Cette chanson « Ride » est ma préférée de toute les chansons de Lana Del Rey, de part ses paroles, de sa voix qui change en continu pendant tout le long de la musique et des instruments qui s’accordent parfaitement entre eux. C’est une chanson que j’écoute en boucle. Et je suis certaine qu’elle ne me lassera jamais. Je l’écoute quand je suis triste ou même heureuse, elle me convient pour toutes situations.

Lana Del Rey a une voix magique qui me donne des frissons, elle a la capacité de monter très haut dans les aigus ainsi que de descendre dans les graves. Elle peut donc s’adapter à presque toutes sortes de chansons.

De nombreuses personnes n’aiment pas Lana Del Rey car ils trouvent ses chansons trop sombres et pas assez entraînantes… Mais je pense qu’ils n’écoutent pas assez ses paroles et l’instrumental qui l’accompagne. Elle est malheureusement une artiste sous-estimée.

Sophie V., 1ère L lycée Pierre de Coubertin