INTERVIEW / Rencontre avec Rockin’ Squat

INTERVIEW 1. A la découverte deRockin’ Squat
Dans le cadre du projet « La musique en commun » en partenariat avec l’association Zebrock, nous allons rencontrer l’artiste Rockin’ Squat, leader du groupe Assassin, puis assister à leur concert. Afin de préparer au mieux cette rencontre, faîtes les recherches internet ci-dessous. Cliquez sur le lien internet et complétez ce document avec les informations demandées. Soyez le plus précis possible et donnez un maximum de détails !

ASSASSIN les liens: http://www.livinastro5000.com/artistes/assassin/biographie.html

Quand a été créé ce groupe ?
Il a été fondé en 1985.

Qui sont les membres de ce groupe ?
A l’origine les membres sont Rockin’ Squat, Solo, DJ Clyde et Doctor L.

Quel est le style musical ?
C’est un groupe de rap qui se rattache au mouvement Hip-Hop.

Quels messages passent-ils dans leurs chansons ?
Ils rejettent toutes formes de sectarisme et appellent au respect, à l’amour, à l’unité, à la combativité et à l’éducation.

Pourquoi ont-ils créé leur propre société de production en 1992 ?
En 1992 ils ont créé leur propre maison de production Assassin Productions afin de rester au contrôle de leur art.

Que dénoncent-ils ?
Ils dénoncent la mainmise de l’industrie du disque sur le rap et la récupération de cette musique en une musique aseptisée et commerciale. Ils ont également un message politique et social et s’impliquent, tant dans les parles que dans les actes, sur les conditions de détention dans les prisons, l’esclavage moderne, le sexisme, le racisme, les atteintes à l’environnement, les manipulations des médias et les trafics d’armes ou de drogues entre autres.

Quelles récompenses le groupe a t’il reçues ?
Assassin a reçu trois disques d’or pour les albums Le Futur que nous réserve-t-il ?, L’Homicide Volontaire et Touche d’ Espoir avec plus de 100 000 albums vendus pour chacun d’eux.

Quel est son véritable nom ?
Il s’appelle Mathias Cassel. Il est le fils du comédien Jean-Pierre Cassel et le frère de Vincent Cassel et de Cécile Cassel.

Quels thèmes développe-t-il dans ses chansons ? Il est le premier rappeur français à développer dans ses disques les problèmes politiques et sociaux. Ses raps traitent de divers sujets comme l’esclavage moderne, l’écologie, les prisonniers politiques, les droits des femmes, le racisme, le nouvel ordre mondial, la conspiration maçonnique ainsi que le pillage de l’Afrique, la prostitution ou encore la guerre de l’eau.

Quelle image véhicule-t’il ?
Il véhicule l’image d’un Hip-Hop positif et combatif, lié à l’émancipation des masses par la connaissance, la réflexion, le partage et l’amour.

Avec qui a-t’ il collaboré ?
Il a collaboré avec de nombreux artistes comme KRS-One , Seu Jorge, Tony Allen, Supernatural, Olodum, Ol Dirty Bastard, Cheick Tidiane Seck, El-P, RZA, Agallah The Don Bishop, R.A. the Rugged Man, Immortal Technique, Ivor Lancellotti, Oxmo Puccino, Mr Catra ou encore Wise Intelligent entre autres.

Expliquez « l’Affaire du Grand Journal » avec vos propres mots http://fr.wikipedia.org/wiki/Rockin’_Squat
En 2008 il accompagne son frère Vincent Cassel sur le plateau de l’émission le Grand Journal sur Canal + pour promouvoir le film Mesrine. A cette occasion, Rockin’ Squat devait faire une apparition et chanter en direct Enfant de la Balle, chanson qui parle de sa famille. Au lieu de cela, il a chanté France à Fric qui traite des dessous de l’histoire politique, économique et culturelle de la France sur le continent africain. Suite à cet épisode, le passage de Rockin’ Squat dans l’émission Taratata prévu la semaine suivante a été annulé. Depuis Rockin’ Squat n’est plus invité sur les plateaux de télévision.

CHRONOLOGIE http://fr.wikipedia.org/wiki/Assassin_(groupe)

Complétez la chronologie suivante : (albums, membres, labels, participation…)

– 1987 : création du groupe

– 1990 : Assassins apparaît sur la première compilation de rap en France ‘Rapattitude’ (avec Suprême NTM, Dee Nasty ou encore Tonton David) avec le titre ‘La Formule Secrète’.

– 1992 : sortie de Le futur que nous réserve-t-il ? (Vol. 1 et Vol. 2)

– 1993 : Bande originale du film ‘Métisse’ de Mathieu Kassovitz

Sortie du maxi ‘Non à cette éducation’

Dj Clyde et Solo quittent le groupe

– 1994 : Bande originale du film ‘Etat des Lieux’

– 1995 : sortie de l’album ‘L’Homicide volontaire’ enregistré et mixé à Los Angeles avec les titres ‘Shoota Babylone’, ‘L’Odyssée suit son cours’, ‘L’Etat assassine’ ou encore ‘Ecrire contre l’Oubli’.

Doctor L. quitte le groupe.

– 1996 : sortie du single ‘Undaground Connection’ en collaboration avec le rappeur américain Supernatural, puis du maxi ‘Ecrire contre l’oubli’.

– 1998 / 2000 : sortie de 3 maxi : ‘Sérieux dans nos affaires’, ‘Classik’ et ‘Esclave 2000’.

– 2000 : sortie du troisième album ‘Touche d’Espoir’. Assassins part en tournée avec la collaboration de Profecy, Lyricson, Pyroman, Aro et DJ Duke.

– 2002 : sortie du maxi ‘Perspective’ et du live enregistré en 2001 à l’Olympia

– 2004 : Le label Assassin Production cesse toute activité. Rockin’ Squat monte un nouveau label Livin’ Astro, qui réédite les 3 albums d’Assassins et le maxi ‘Note mon nom sur ta liste’.

Sortie de la compilation ‘Perles Rares’ et du maxi ‘Libre’.

– 2006 : sortie de ‘Académie Mythique’, premier Best Of du groupe.

– 2008 : sortie des deux premiers volumes de ‘Confessions d’un Enfant du Siècle’, projet solo de Rockin’ Squat

– 2009 : Rockin’ Squat remonte sur scène avec Assassin en compagnie de Profecy et DJ Duke. L’album du concert sort en 2012. Le groupe tournera jusqu’en 2013.

– 2012 : collaboration de Rockin’ Squat, Assassin Live Band et Check Tidiane Seck.

– 2014 : sortie d’un nouvel album (prochainement)

Rencontre avec Rockin’ Squat

1-Pourquoi avoir choisi le Rap comme style de musique ?

Quand j’ai commencé je n’imaginais pas du tout faire carrière. J’ai commencé la danse, les graffitis et la musique pour passer le temps, au début c’était un jeu entre amis. La rue était notre terrain de jeu en fait. Il faut savoir que j’ai une double culture américaine et française puisque j’ai grandi aux Etats-Unis ce qui m’a donné cette culture Hip Hop qui n’existait pas encore en France. Le Hip Hop est issu de la Soul et du Blues. C’est un mouvement culturel né dans les quartiers défavorisés marqués par l’échec scolaire et le manque d’argent, et il faut savoir qu’au départ la rue était la voix de la misère afro-américaine.

2-Comment vous est venue l’idée de faire du Rap ?
Le Rap est un mouvement culturel né à l’époque dans les quartiers pauvres américains. J’ai été bercé par le monde du Hip Hop dès mon plus jeune âge puisque quand j’étais enfant j’ai vécu aux Etats Unis, plus précisément à New York et cette culture du Hip Hop je l’ai apprise là-bas. Quand je suis revenu vivre en France j’ai apporté un peu de ce mouvement avec moi.

3-De quoi s’inspirent vos textes ?
Mes textes s’inspirent de mon vécu et du monde qui m’entoure, des voyages que j’ai pu faire, de mes lectures et de mes visites dans les musées… C’est très important d’être ouvert au monde qui vous entoure et de s’interroger sur celui-ci, je le dis très souvent à mes propres enfants. Personnellement je lis beaucoup, et je regarde dans le dictionnaire les mots que je ne connais pas. On peut toujours apprendre, et rien n’est impossible quand on a la volonté.

4- Avez-vous un type de public particulier ?
Notre public est un public arc-en-ciel avec des gens de toutes origines, de tous âges et de toutes cultures. Il est très mélangé. Le Rap est un mouvement universel qui permet de réunir des gens différents autour de la musique.

5. D’où vient le nom « Assassin » ? Comment vous est venue l’idée du nom du groupe ? Comment vous avez fait pour choisir ?
A l’époque on a choisi le nom « Assassin » pour tout déchirer, pour tout bouleverser. Quand on prend le premier sens du mot « Assassin », on fait référence à un guerrier du XIe siècle Hassan-i Sabbâh, surnommé le « Vieux de la montagne » qui médita à la fin de sa vie sur le bien et le mal.

6- Que signifie votre nom d’artiste solo ‘ROCKIN’SQUAT’ ? Comment avez-vous fait pour choisir ?
Tu sais ce que c’est qu’un squat, c’est un lieu où on traîne, où on se retrouve… Et « Rockin’ » signifie mettre l’ambiance dans une salle.

7- Que pensez-vous du Rap actuel ?
Tout est bon dans la musique, après c’est une question de goût personnel. Personnellement, je dirais que le rap diffusé a tendance à être trop commercial il y a peu d’artistes qui sont indépendants comme Assassin. Les autres se sont fait « bouffer » par l’industrie du disque. C’est dommage…

8- En 1991, vous avez fait le choix de monter votre propre société de production, et durant toute votre carrière vous avez décidé de ne pas rentrer dans le ‘star system’. Pensez-vous que cela a eu un impact sur votre notoriété et votre carrière ?
Cela m’a permis d’être libre, de rester indépendant des majors c’est-à-dire des grandes sociétés de production qui ont tendance à déformer l’art en général. Nous on se considère comme des artisans, on n’a pas de rythme de travail imposé. On a une liberté et une indépendance certaine, même si on a bien sûr des contrats mais on n’a pas le couteau sous la gorge. Le problème en France, c’est que la France est un pays qui ne danse plus, le milieu artistique est trop intellectualisé. La France est un pays qui n’a pas de culture musicale, on est passé des artistes de variété type « Cloclo » et autre au rap alors que dans des pays comme les Etats-Unis il y a eu de nombreux mouvements musicaux liés le plus généralement à un contexte politique ou économique comme par exemple la Soul, le Blues, le Rock… La France a plutôt une culture littéraire. C’est un pays qui n’a plus de vibration. On doit donc se servir de son talent artistique et de sa vie pour se reconstruire.

9- Au cours de votre carrière vous avez collaboré avec beaucoup d’artistes comme Supernatural ou récemment Check Tidane Seck. Quelle rencontre vous a le plus marqué et pourquoi ?
Toutes les rencontres étaient enrichissantes et très intéressantes. Elles m’ont toutes marqué et m’ont fait grandir. Mais il est vrai que la collaboration avec Check Tidiane Seck m’a beaucoup marqué, c’est un grand pianiste et un très grand artiste.

10- Est-ce que le fait de s’appeler ‘Cassel’ a favorisé ou plutôt freiné votre carrière et pourquoi ?

Alors pour ceux qui ne le savent pas il faut savoir que je suis le frère de Vincent Cassel, l’acteur, et que notre père était lui aussi un acteur. J’ai toujours su ce que c’était qu’être un artiste, j’ai grandi dans une famille artistique. J’ai vu mon père beaucoup travailler pendant plusieurs années puis beaucoup moins ensuite. A l’âge de 7 ans je suis parti en pension car quand on a des parents artistes ils n’ont pas beaucoup de temps à consacrer à s’occuper des enfants. Aujourd’hui j’ai des enfants moi aussi et j’essaie de ne pas reproduire ça avec mes enfants. Donc s’appeler Cassel ce n’est ni un avantage ni un désavantage. Cela n’avantage pas forcément la carrière mais ça ne la freine pas pour autant.

11- Quelles difficultés avez-vous rencontrées pendant votre carrière ?
Des difficultés on en a rencontrées tout le temps, il ne faut pas oublier que la vie est un combat, qu’il faut se battre en permanence. Ce qu’il faut surtout c’est garder sa pureté d’enfant, et c’est ce qu’on a essayé de faire ressortir dans notre futur album intitulé « Assassin » qui va bientôt sortir courant 2014.

12- Pourquoi avez-vous choisi de vous produire ici, dans la salle du Plan à Ris-Orangis, ce soir ?
Alors pour nous ce n’est pas vraiment un choix, on avait déjà collaboré avec l’équipe du Plan en 2010. Avec d’autres membres de l’ancien groupe Assassin on était venu se produire ici et on en avait gardé un très bon souvenir. Là c’est eux qui nous ont recontactés pour nous proposer de retravailler ensemble, ce qu’on a accepté avec grand plaisir. Ce soir vous allez donc entendre du rap old school, à l’ancienne. Nous n’allons pas chanter de chansons créées après 2000, mais nous vous proposons de remonter dans le temps aux débuts du groupe.

Interview réalisée par les élèves de T Borgo
(dossier classe M. Moreau, MMe Viaud et Mme Donadieu)
Le 13 Février 2014 à Ris-Orangis.

 

 

Next ArticleREPORTAGE / Griefjoy met le feu à Magny le Hongre