rap

L’âge d’or du rap

L’origine du RAP
Le RAP (rhythm and poetry) est né dans les années 1980 dans les ghettos des Etats Unis. Très vite, il devient de plus en plus populaire, porté par les jeunes crews  (groupe), ceux qui prennent le « mic » (micro) sont appelés MC (ou Emcee).Ils rappent « leur vie », leur maux : dur de s’intégrer  dans une société qui les rejette juste parce qu’ils sont noirs pour la plupart. Ils s’attaquent ainsi au rouage d’une société où le racisme est profondément ancré en chanson sur un rythme de beat, sample (c’est-à-dire morceaux de chanson jazz, soul, blues et autres passés en boucle). Le RAP puise ses sources dans le raggae, blues, jazz, soul…

Les débuts (1980-2000)
Le RAP a très vite trouvé ses pères au Etat Unis, ces derniers se livrent une guerre (tant sur beat que physiquement). C’est la West Coast  (la côte ouest des Etat Unis, le Gangsta Rap, c’est-à-dire des textes sur l’envie d’avoir de l’argent, la drogue et son commerce, le sexe et la misogynie, la violence : la plupart des rappeurs faisaient parti de gang, a écouté les textes on pourrait presque croire qu’ils en font l’apologie ! Les pionniers du genre sont Tupac,Snoop DoggN.W.A (groupe ou a évolué le beatmaker Dr. DreIce Cube et le regretté Eazy E) Cypress Hill etc. Le Rap de la côte ouest est le plus souvent sur des beats et sample de funk, R&B ou disco) contre la East Coast (la côte est, plus technique, plus poétique, plus sombre, un rap plus construit et plus complexe, sur des beats et sample de jazz, soul, c’est ici que nait le Rap Conscient c’est-à-dire un rap qui prend une dimension politique, engagé etc. Les pionniers du genre sont Notorious B.I.GWu Tang ClanNasKRS-One,Public Enemy, The Fugees (où a évolué la talentueuse Lauren Hill) etc. Du côté français, à cette époque nous avons  IAM, Suprême NTM, Fonky Family, Lunatic (où a évolué le grand Booba), les Sages Poètes de la Rue, les X-Men etc. Ici les scènes les plus développées sont parisiennes et marseillaises. N’oublions pas que la France est le 2ème pays ou le RAP est le plus présent et connu, même si ici nous avons beaucoup de mal à accepter ce genre.

2000-2011
Aujourd’hui les rappeurs américains les plus connus (internationaux) sont Jay Z,Kanye WestEminem, 50 Cent, P. Diddy, Lil Wayne etc… Ces derniers sont plus ou moins présents car la plupart ne sont pas seulement rappeurs, ce sont de véritables hommes d’affaires (créateurs de vêtements et collaboration avec des créateurs de haute couture, producteurs etc.)

Pendant les années 2000, le Rap évolue, devient beaucoup plus accepté et devient malheureusement plus commercial (du moins le Rap qu’on veut nous faire écouter), il devient un genre musical à la mode. Commercial c’est-à-dire ; des chansons sans fond, avec des beats propres mais pas travaillés, de moins en moins de samples, des collaborations avec des chanteuses RNB ou Pop (en refrain) telles que Rihanna ou Katy Perry. Les grands noms actuels du Rap ne prenne plus le temps d’écrire (car trop occupés par leur marque de vêtements, la « Fashion Week »…) et font donc des chansons avec des grands noms actuel d’autre styles, ces collaborations sont faites pour faire encore plus d’argent, c’est assez clair, les rappeurs veulent leurs « tubes » en boite. On n’entend plus beaucoup parler des pères du rap encore vivants (Method ManRZA, Dr. Dre, Ice Cube, Mos Def…). Enfin, on a quelques très bonnes chansons qui deviennent des classiques, mais c’est tout. Ils ne sont plus sur le devant de la scène, mais de plus en plus dans les studios à produire, ou dans les magasins où l’on trouve leurs produits (casque ou marque de vêtements surtout), on a l’impression qu’ils veulent tous se mettre dans un confort pour leur retraite ! Le RAP est devenu un business très rentable !

En France, c’est à peu près le même tableau. Les Français imitent beaucoup les Américains. La seule différence, c’est qu’en France (on parle des années 2000-2010) il n’existe que le Gangsta Rap (RohffBoobaLa FouineSefyu, Mac Tyer, Alibi Montana)  et le Rap Conscient (SinikKerry JamesSoprano, Médine, Sniper)sur les ondes et à la télé !

Pendant ce temps, en Underground ça bosse dur (vers 2010-2011) ! Les jeunes des années 2010 sont plus indépendants et libres que n’importe quelle génération précédente. On se retrouve entre amis dans la rue où l’on voit naitre l’art underground. Nous en sommes les témoins ! Nous encourageons les groupes de « tiéquar » qui peu à peu se font connaitre et voilà la vague déferlante de nouveaux rappeurs qui sont sur tous les fronts et dans toutes les oreilles ! Le retour des bonnes allitérations, des bonnes assonances, des figures de styles, des placements, des beats bien travaillés, des samples etc. Et aussi le retour de tout ce fonctionnement (des années 80-90), c’est-à-dire le retour des projets (mixtape, album etc.) gratuit, des « crew», la Pro Era (avec le très prometteur Joey Bada$$), l’ASAP Mob (avec celui qu’on ne présente plus ;A$AP Rocky), Odd Future (et le très créatif Tyler, The Creator), Flatbush Zombies etc… On remarque que la base de la nouvelle école est a la cote Est.

La France, encore une fois n’est pas précurseur de ce mouvement, mais bonne suiveuse. La nouvelle école française est aussi« géchar » que l’américaine. On ne vous présente plus le collectif des collectifs ; L’entourage (1995, Deen Burbigo, Jazzy Bazz etc…) et des rappeurs comme Joke, Bon Gamin, Nemir, Taipan, Esso, 3010 etc…

Bref, LE RETOUR DU BON RAP
Encore une fois avec Nicki Minaj, Kendrick Lamar, Drake, 2 Chainz, Rick Ross, Mek Mill etc… l’Amérique s’impose comme le « Godfather » du RAP GAME.

Dans les générations futures, on ne parlera plus des années 80’s comme l’âge d’or du rap mais des années 00’s !

élèves du Lycée Erik Satie, Paris 75014

Next ArticleL'enquête sur la musique