La Rumeur

Rencontre entre La Rumeur et le Lycée Charles De Gaulle

Ekouè :

Le RAP quand tu fais du RAP ça fait appel à des compétences certes artistiques mais ça fait aussi appel à des compétences économiques

Nous par exemple ce soir ce concert c’est un concert que nous produisons nous même, avec notre société notre SARL. Donc c’est a dire que tout ça pour comprendre un peu toutes les logiques de production d’un concert d’un disque et autre. C’est pour ça que l’école c’est important tu peux pas le faire comme ça freestyle parce que y’a des éléments qui vont t’échapper. Il faut aller chercher des financements publics avec des subventions Y’a tout un tas de trucs finalement que le scolaire, en tout cas même si des fois vous avez l’impression que ce que vous faites maintenant va pas vous servir directement, vous vous rendrez bien compte que ça va vous servir de toute façon. Moi c’est ce que je me dit à l’époque quand je faisais de l’éco ou quand j’étais en terminale ou en seconde quand je faisais de l’éco ou de l’espagnol (rire) « à quoi ça va me servir l’espagnol ? »

Hamé :

Non mais c’est ça t’as l’impression que y’a des matières elles vont pas te servir mais ça t’amène à une façon d’analyser les choses, de voir, d’appréhender les choses qui sont, même si tu dis ça sert a rien, ça reste toujours un acquis dans ta tête et les acquis faut les prendre maintenant tant que vous etes encore dedans tant que vous êtes encore dans la lancée. Moi je vous dis ça parce qu’à titre d’exemple là je viens de reprendre mes études, j’avais abandonné j’avais lâché l’affaire, parce que je voulais de l’argent, je voulais travailler, et aujourd’hui je me confronte a des murs, je me dis ah ouais bha qu’est ce qu’il me manque ? Bha il me manque un diplôme et hop bha j’y vais je retourne le chercher. Et ça si je l’avais fait dès le départ, bon après j’ai été jusqu’au Bac +2 mais la il m’en faut plus donc j’hésite pas a y aller pourtant j’ai bientôt 40ans mais j’aurais préféré les avoir avant ces acquis. Mais comme il est jamais trop tard …. Ekouè :

Il est jamais trop tard mais c’est vrai que voilà c’est super important, comment dirais-je, parce que souvent ce qu’on vous vend dans le rap, c’est comment dire le strass et les paillettes. Mais c’est, ce ne sont que du strass et des paillettes. C’est a dire que tout ça, je vous dire, c’est comme un feu d’artifices. Apres quand le feu d ‘artifice il s’éteint bon bha y’a plus rien. Hé bha c’est pareil, c’est pour ca que pour comprendre un peu euuuuh comment euuuh … Ce discours la on le tient aussi partout, on à des gens plus jeunes que nous, parce que voilà on est vos grands frères c’est comme ca. C’est des discours que me tenaient mes oncles, mes grandes sœurs. Finalement y’a un truc qui faut vraiment prendre en compte, moi j’suis allé faire récemment des ateliers d’écriture en prison avec des types qui étaient la, des types qui avaient 18ans de placard a faire, tu vois. Bon bha quand tes la bas qu’est ce que tu fais ?! Bha tu lis quoi ! T’essaie de faire des trucs de monter des projets. Tu vois tout ça. C’est le dire a un plus jeune que soi, et vous c’est ce que vous allez faire quand vous serez plus grand, vous serez en capacité de transmettre de la même façon : aller a l’école c’est lui donner les armes en tout cas lui dire des arguments pour le défendre plus tard. Parce que moi je connais pas un millionnaire, a part un pistonné, qui a pas été a l’école. Ça c’est ce qu’on nous vend a la télé, ça c’est pas vrai, parce que dans n’importe quel pays dans le monde ça ça n’existe pas ! Comme on dit, tu regardes si c’est un discours que nous ont transmis nos anciens depuis 3milles ans c’est bien qu’il y a une raison quoi. C’est pour ça que nous modestement on tient a vous le dire.

Ce soir va falloir faire du bruit … Vous êtes la ce soir au moins ??

Faut foutre le s’beul la !!

Ekouè :

J’ai une nièce qui est en seconde aussi, la fille de ma sœur elle a le même age que vous, vous êtes de 98 ? Chaud ! Moi mon premier disque il est sorti vous étiez même pas nés tous ! C’est un truc de malade ! C’est a dire que nous quand, quand j’ai sorti mon premier disque, j’étais même sur scène en train de défendre le truc la vous existiez même pas ! Ca me fait plaisir franchement, ça fait plaisir parce que voilà, ce soir vous allez voir du bon rap, y’a La Rumeur y’a Rachid la hyène qui est la du Bois Labbe du 94 ça s’est le vrai 94 (…) et voilà ça va être un concert hip hop ! 4 platines pas d’instruments pas de basse, du hip hop dans le sens puriste, 4 platines, micros et voilà ça va envoyer du lourd quoi !!Voila voilà

Intervenante Zebrock

Vous avez des questions a leurs poser ?

Est ce que vous avez eu beaucoup de difficultés à poursuivre votre volonté de devenir artiste professionnel ?

Ekouè :

Les difficultés, elles se .. comment dirais-je, elles s’enlèvent si je puis dire à partir du moment où tu vas chercher le savoir. Quand tu comprends ce que tu fais, quand t’as les clés de compréhension comme on dit, ça devient plus des difficultés mais des enjeux, donc c’est a dire que d’un truc qui est difficile où tu te dis « ouais c’est insurmontable » du moment que tu vas chercher les diplômes et que tu comprends un peu comment les choses se fassent, ça te rends curieux et tu te dis bha en vérité c’est hyper facile à faire ; je me fixe ça comme objectif ainsi de suite et ainsi de suite. Je vous dis moi je mettrais toujours le savoir et l’instruction au centre de tout. Tu veux faire de la musique, de la natation, du cheval, du tennis, du rap, du freefight, tout ce que tu veux au bout d’un moment ceux qui s’en sortiront c’est ceux qui auront la tête pleine, c’est tout.

Vous faites quelque chose d’autre en dehors de la musique ?

Ekouè :

Ouais on fait du cinema aussi, on a fait des films, on en a fait deux et là garce a dieu on vient de signer notre prochain film qui est un long métrage pour le cinema et qui va sortir si dieu le veut en 2015.

C’est quoi le nom des deux films d’avant ?

Ekouè :

Les deux films d’avant s’appellent De l’encre qui est un film qu’on a fait pour Canal+ et un autre qui s’appelle Ce chemin devant moi c’est un film que ? à fait et que nous avons produit et qui a été au festival de Cannes et voilà.Sur le site ils y sont plus mais on va les remettre en ligne pour ceux qui les ont pas vu on a aussi un site qui s’appelle LaRumeur Mag qui est un Fanzine Webzine hip hop où vous pouvez avoir pas mal d’informations, ça traite un peu de l’actualité, y’a une petite revue de presse, et ça va chercher aussi dans les fondamentaux du hip hop. C’est vraiment un Webzine vu par des MC’s et y’a pas mal de choses. C’est beaucoup sous forme de video et y’a pas trop des pavés a lire c’est pas trop le genre, faut y aller. C’est l’histoire du hip hop en fait !

En pleine action

En pleine action

 

Comment vous vous êtes rencontrés ?

Ekouè :

Moi, Morad et Philippe ont est de la même ville du 78 ; ? je l’ai rencontré dans des endroits comme celui la où a l’époque, je parle de ça au début des années 90, y’avait pas toutes les radios tous les clips et tout ça. Le rap c’était juste un micro que tu mettait au milieu d’une salle et y’avait plein de gens qui arrivaient et qui rappaient derrière donc je veux dire. Donc on s’est rencontré comma ça. Et en banlieue y’avait aussi ce qu’on appelait des micros ouverts, des open mic, et puis voilà c’est comme ça qu’on a formé le groupe

Elle parle de quoi votre musique ?

Ekouè :

Notre musique, t’auras l’occasion de l’écouter, nous on est pas dans le rap game, parce que ça on considère de c’est le rap dortoir des petits, nous on est dans le dortoir des grands. Là c’est le dortoir des grands du rap, c’est a dire que les gens parlent des choses sérieuses ; qui parlent de l’Afrique, du quartier, du besoin d’instruction, mais pas conscient. Conscient pour moi c’est du rap de prof , on est pas des profs nous. On a été attaqué par Skyrock, par Sarkozy pendant 8ans parce qu’on a dit des vérités, c’est du rap hardware La Rumeur. Y’a de conscient y’a pas d’inconscient c’est du rap hardcore. Maintenant évidement on va pas, jamais au grand jamais, je dirais dans un texte : je vends de la came. Pour moi les mecs qui vous disent des trucs comme ça vous vendent du poison. Moi j’vous dis le contraire, aller chercher le savoir et c’est comme ça que vous serez libre.

Votre nom groupe signifie quoi ?

Ekouè :

La Rumeur c’est le plus vieux media du monde parce que les gens quand ils pensent la Rumeur ils s’imaginent que la rumeur c’est faux. Mais non , a la base quand une rumeur part on s’y intéresse parce qu’on se dit qu’elle peut être vraie. Donc c’est ca La Rumeur, c’est parti de comme ca, c’est fait pour circuler et passer entre toutes les oreilles.

Comment le groupe a commencé?

Ekouè :

Bah, le groupe il a commencé dans une MJC, qu’on appelait un peu les maisons de quartier à l’époque, quand on était au quartier, avec moi, phillip et maurad. On a commencé à gratter nos premiers textes, après on a fait des scènes locales, dans le 78, à Trappes, Elancourt, 90 Marly Leroy. Puis après on a fait 78-92 :  Guiroflet, Issy Les Moulineaux tout ça… Et après on a fait Paris, et une fois qu’on est arrivé à Paris on avait suffisamment de niveau. On a commencé à fait nos premiers disques, moi j’ai fait mon premier disque featuring avec un groupe qui s’appelait Assassin, c’était un groupe connu nationalement donc ça à donné un rayonnement national au groupe. Ensuite on a fait nos premiers disques qui on très bien marché, c’était ce qu’on appelle des EP, 5 titres. Après on a signé en maison de disques, ensuite on a monté notre label et après, voilà… c’est comme ça que les choses se sont passées.

Qu’est ce qui inspire vos textes?

Ekouè :

Bah, déjà, l’Afrique, on a beau dire ce qu’on veut mais on vient de là, c’est les racines, et puis : le quartier, enfin, tel qu’on l’a vécu, et la vie quoi!

Aujourd’hui quasiment tout les membres du groupe sont pères de famille, ont des enfants, tout petits mais des enfant quand même! Donc, moi je veux pas que mon fils il écoute… tu vois : s’il me voit sur des pochettes de disques, torse nu, avec des tatouages, non. Moi j’ai envie que mon fils, quand il me regarde il se dise… comme quand je regardais mon père, tu vois? Mon père il était dans le salon, il avait un boubou, une djelaba, tu vois ce que je veux dire? je le regardais comme un homme. J’ai pas envie qu’il [mon fils] me regarde avec des boucles d’oreille ou avec des ???? . Donc c’est ça aussi qu’on veut transmettre.

Mourad :

Ouais, et y’a aussi le respect, le respect de la famille, respecter d’où on vient, comme disait Coué. Nous notre truc au départ, c’était aussi : dès qu’on écrit un texte ou qu’on fait une video, un clip, il faut que nos parents puissent le voir. Par exemple, un des clips qu’on a sorti en maison de disque, « Le cuir usé d’une valise » qui parle de toute la génération venant de l’immigration, qui sont venus en France pour reconstruire le pays après la guerre. On a fait ce clip là et il fallait que nos parents puissent le voir. Et je sais que moi, mon père quand il a vu ce clip, il s’est pris un coup et il a dit « ouais, je me reconnais là dedans ». C’est super important que nos parents puissent écouter nos textes, voir nos clips, et dire  » je me reconnais là dedans ».

(premier membre)

Ouais c’est ça, c’est important! Tu sais un Homme c’est pas celui que se balade avec des kalachnikovs dans un clip. Ca c’est pas un Homme pour moi, à la rigueur si le mec le fait vraiment il a pas besoin de faire de clip, sinon c’est qu’il est idiot, tu vois?

allez une dernière question

Dans la Nouvelle scène, qui appréciez-vous?

Ekouè :

J’aime bien Gizmo, j’aime bien Despéroti, j’aime évidement mon pote Rachid mais qui est plus ancien, et à mon avis en 2014 vous allez grave en entendre parler. Spéciaux, qui sont là aussi. Après dans la nouvelle scène, y’a qui…euh, j’ai pas de noms comme ça en tête mais en gros : ce qui passe sur Skyrock moi j’écoute pas, je calcule pas, ça me casse les couilles, pour moi c’est de la variété, pas du rap. Donc déjà ça en élimine plein et voilà!

Sinon j’aime bien les groupe de ma génération des mec comme 113, des mec comme Roof, à l’ancienne, Kerry James, tu vois, c’est la famille, pas de problème. Mais les autres, bah… Après c’est aussi une question de génération, moi je vais pas écouté la musique que ma nièce écoute, je vais pas écouter Section D’assault ou Orel San, c’est pas possible [Rires], tu vois? à 38 balais je peux pas écouter ça….

De la première scène à aujourd’hui?

Ekouè :

De la première scène à aujourd’hui… On en a fait d’autres des scènes. On va dire, notre plus grosse scène à Paris c’est l’Olympia, ça c’est quelque chose! Quand tu vois écrit « la Rumeur » à l’Olympia, c’est 2000 personnes, c’est… c’est beau! Ensuite on a fait cette scène là (Trabendo) pour nos 10 ans, voilà. On a fait la Cigale aussi, c’était rempli, c’est beaucoup plus gros et voilà. mais en gros voilà : notre première scène on rappait pour les potes, nos potos. notre première scène c’était dans le hall ou à la salle, on avait une salle en plein milieu du quartier de Maurad, on avait un poste et clac, on rappait et les gens venaient nous voir, enfin les potes, y’avait quatre personnes…

Et tac, on envoyait des textes, après ils nous disaient « ah ouais, c’est bien » et tout. Puis après on a fait une scène, où on a fait la première partie d’un groupe qui s’appelait « timide et sans complexe », et on a ramené tout le quartier! Après on a fait notre première scène en province, on a fait un concert en Suisse [rires], on avait bougé en suisse! Laisse tomber, c’était le sbeul! On avait rempli le train, que des têtes cassées, on était momes et on avait foutu la merde je me rappelle. On avait fait un bon concert!

Et puis après on s’est professionnalisé petit à petit, on a fait des festivals, des premières parties, des gros concerts, des moins gros concerts, des petits concerts et c’est tout ça en même temps qui fait l’histoire du groupe!

Voilà! 

 

Nous sommes une vingtaine d'élèves, réunis par notre passion de la musique. L'atelier musique du Lycée Charles de Gaulle a été créé en 2011 et est animé par deux surveillants/musiciens et un professeur d'anglais (musicien aussi, bien sûr).

Next ArticleRetours sur le concert de La Rumeur