The Psychotic Monks , un groupe qui se démarque des autres !

Rencontre entre une élève du lycée GARAC d’Argenteuil et un groupe de rock !

http://2.bp.blogspot.com/-C8hDzpW_iaE/VNT3e84uKsI/AAAAAAAAArY/wsVejWCx6Rg/s1600/the-psychotic-monks-full-HD.jpg

 

The Psychotic Monks  est un groupe de rock psychédélique qui n’est pas sans rappeler  le groupe Pink Floyd. Le groupe  est composé de 4 personnes dont Paul et Arthur  Dussaux (Paul : Claviers, Basse, Chant et son frère Arthur : Guitare, Basse, Chant), Martin Bejuy (Guitare et Chant) et Clément Caillierez (Batterie et Chant). Pourtant le groupe a été créé  assez récemment en 2015 mais déjà deux EP ( Extended Play) et un premier album sorti en avril 2017.

Ce groupe a parcouru durant plusieurs mois l’Europe,  ils ont enchainé les scènes depuis la sortie de leur album qui n’a pas cessé de ravir nos oreilles. Ce groupe est allé en Italie, au  Luxembourg. Malgré leur tournée ils ont le temps de répondre aux questions de leur fans.

On peut dire que les Monks sont proches de son public et n’hésitent pas à venir au contact de celui-ci  et à parler avec le public. Les Monks sont restés très proches de leurs convictions alors qu’ils pourraient prendre la grosse tête. Ils ont accepté pour mon plus grand plaisir de répondre a quelques-une de mes questions :

Résultat de recherche d'images pour "psychotics monks"

Charlotte Jaecker : A quel âge avez-vous commencé à faire de la musique?

The Psychotic Monks : On a tous commencé la musique à des âges différents (entre 4 et 10 ans). On a tous des parents mélomanes ou musiciens donc depuis qu’on est tout petits on baigne là dedans. Sinon ça fait deux en demi qu’on joue tous les quatre ensemble.

C.J : Avez-vous des passions autres que la musique ?

Les Monks : Oui on aime beaucoup de choses. On se passionne pour l’art d’une manière générale. La musique est le mode d’expression artistique qui nous semble le plus évident pour sortir de nous ce qu’on a besoin de sortir pour l’instant. Sinon, cinéma, peinture, livres, BD… On passe beaucoup de temps à se renseigner sur tout ce qui nous inspire et nous entoure. Pour sortir du domaine artistique, certains d’entre nous se renseignent sur la sociologie, la philo, et autres sciences qui nous permettent de mieux comprendre le monde qui nous entoure, et donc, qui vont forcément influencer la musique qu’on fait. On est de grands fans de jeux vidéo.

C.J : Si vous deviez faire découvrir votre musique comment vous y prendriez ?

Les Monks : En essayant de la transmettre le plus possible, en restant nous-mêmes. Aujourd’hui tous les moyens ne sont pas bons pour faire découvrir sa musique, enfin selon nous. C’est important de se poser la question de ce qu’on veut donner aux gens. Chez nous ça passe beaucoup par le live, parce-que notre musique s’y prête et que là où on en est, c’est par ce moyen qu’on arrive à toucher le plus de gens. Alors on essaie de jouer le plus possible, et partout. D’aller se confronter à différents publics, de semer nos petites pilules un peu partout.

C.J : Comment ont vous a repéré?

Les Monks : On ne pense pas pouvoir dire qu’on ait été « repérés ». C’est sûrement à force de voir le nom du groupe passer que les gens finissent par s’en souvenir, en parler… Comme on l’a dit avant, on essaie de jouer le plus possible, pour aller chercher les gens. Vu qu’on ne fait pas une musique qui se regarde depuis un canapé le samedi soir sur Tf1, il faut qu’on se bouge pour aller chercher les gens dans leurs villes, dans leurs lieux pour essayer de leur proposer quelque chose qu’ils pourraient aimer. Alors c’est peut être comme ça que ça s’est/se fait. On passe dans une ville pour le première fois devant 10 personnes. La deuxième fois, sur ces dix personnes, il y en aura peut être 3 ou 5 qui reviendront, qui en auront parlé. Et puis de fil en aiguille on va chercher notre public.

C.J : Quel message essayez-vous de transmettre avec votre musique ?

Les Monks : C’est très large. Difficile de répondre à cette question. Les thèmes que l’on aborde ne sont pas très originaux, et pour l’instant on l’assume. On parle d’amour, de vie, de mort, du temps, du vide… bref, sujets larges et milles fois revisités. Ce qu’on essaie de rendre original, c’est la forme qu’on donne à ces thèmes, à travers notre musique. Quand on assemble tout ça, on essaie de faire en sorte de toujours aller au delà des « codes ». Et comme sûrement la plupart des groupes qui ont ce discours, il nous arrive très souvent de croire qu’on y arrive pour réaliser qu’en fait le chemin est encore très long… Un réel message ça se construit, et c’est pas dans notre vingtaine entamée qu’on va réussir à définir ça clairement. On a encore beaucoup à apprendre pour peut-être un jour, pouvoir se permettre de répondre à une question comme ça de manière claire et tranchée.

C.J : Quelle chanson vous a marqué ?

Les Monks : Alors on va en citer 4, une chacun :

  • Pink Floyd: A Saucerful of secrets
  • Nick Cave: The mercy
  • Seat Girl Band: Paul
  • George Brassens: Trompettes de la renommée.

C.J :Et enfin quel question aimeriez vous que l’on vous pose ?

Les Monks : Vous avez déjà vu le film La Mouche ?

 

Personnellement je les ai rencontrés grâce à zebrock au cabaret sauvage le  21 mars 2017. Ce groupe faisait la première partie de Killason (un rappeur). Je me souviens avoir échangé quelque mot avec leur pianiste Paul  Dussaux.

 

Charlotte Jaecker, 2ème année de BTS au lycée GARAC, Argenteuil (95)

Leave a Reply

*

Next ArticleElvis Presley VS David Bowie